Suivi et progression de cycliste : étude de cas n°1

Contexte

Observons à travers un court exemple, la charge et la progression sur une période de 4 mois (133 jours) comprenant 121h de pratiques (entraînements + compétitions).

Ce sportif est cadet (14-15 ans) ce qui nécessite de maintenir un faible volume horaire hebdomadaire (~6h / semaines) pour ne pas compromettre que ce soit une carrière sur le plus long terme et/ou le parcours scolaire indispensable.


“Quand tu es Minime ou Cadet, tu dois uniquement te faire plaisir et t’amuser sur ton vélo. Même en Juniors, on peut être ambitieux, mais il faut que ça reste un jeu et un moment de bonheur. Je me verrais bien rencontrer les coureurs de l’Équipe de France Juniors un jour, par exemple. Ca pourrait être une idée avec Julien Thollet. Tu as des gars qui sont en sélection nationale en Juniors, que tout le monde trouve beaux et forts… Sauf que comme par magie, ils ne font plus de vélo deux ans plus tard. Il y a forcément un problème… Malheureusement, ça ne se résume pas qu’aux gamins.”

Lire la suite : https://www.directvelo.com/actualite/70955/la-grande-interview-clement-betouigt-suire



Dans ce contexte, une fois retiré les ~2h de compétitions hebdomadaires, il ne reste que 4-5h pour construire un entraînement productif. L’optimisation du temps de pratique pour améliorer les qualités psychophysiologiques est donc LA REGLE centrale à cet âge tout en maintenant l’aspect hédoniste de la pratique (qui est avant tout un loisir pour un adolescent).

Suivi de progression

Dans ce cadre, un test à l’effort a été réalisé fin mai avec un pic de puissance enregistré en fin de test (PPO) défini comme la puissance moyenne au cours de la dernière minute, de 375 W marquant le début d’une période de 4 mois de développement de la puissance maximale aérobie (PMA).

Cette orientation prise dans l’entraînement a permis une augmentation du PPO à 417 W (+ 11.2 %) un mois plus tard puis à 462 W (+10.7 %) fin septembre.

Malgré le focus mis sur la PMA, les différentes qualités physiques importantes à la performance en cyclisme n’ont pas été délaissées. Comme le démontre entre autre au cours de cette période, deux évaluations sur des efforts chronométrés ont montré une amélioration après 3 mois de 43 W (+13 %) sur une durée de 9 minutes et de 26 W (+9.5 %) sur une durée de 30 minutes.

Pour les personnes sceptiques sur ces approches de progressions qui se focaliseraient sur les résultats obtenus en compétition…

Le seul critère objectif commun à tous les cyclistes (triathlète,…) de très haut-niveau est le niveau de puissance mécanique (absolu et/ou relatif) qu’ils développent sur une durée qui varie selon leurs spécialités.

Pour aller plus loin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *